soutien , souvenir

Atelier en nature pour honorer et se souvenir

Atelier en nature pour honorer et se souvenir

La perte d’un être cher est une épreuve profonde qui peut laisser un vide immense dans nos vies. Lorsque nous sommes confrontés à cette douleur, il est naturel de ressentir le besoin de nous rassembler avec d’autres personnes qui traversent des expériences similaires, pour honorer et se souvenir de nos proches disparus. Si vous êtes à la recherche d’un espace bienveillant et apaisant où vous pourrez exprimer vos émotions, trouver du réconfort et faciliter votre processus de deuil, nous avons le plaisir de vous présenter un atelier en nature qui se tiendra le 2 juillet 2023 avec Marie-Sophie Demay, sylvothérapeute et moi-même thérapeute, spécialisée dans l’accompagnement du deuil.

 

A l’issue de cette expérience :

  • Vous aurez retrouvé la paix en vous

Si vous vous sentez complètement bouleversé(e) et que vous souhaitez retrouver la paix intérieure, cet atelier offre un environnement propice au mieux-être. Vous aurez l’opportunité de vous connecter aux éléments naturels, aux arbres majestueux de la forêt de Fausses Reposes. Cette immersion dans la nature vous aidera à retrouver un sentiment de calme et d’équilibre, en vous permettant de vous reconnecter avec votre essence profonde.

  • Vous aurez honoré et remercié la personne disparue

Perdre un être cher signifie également perdre toutes les belles choses qu’il ou elle nous a apportées. L’atelier offre un espace sacré où vous pourrez honorer et remercier la personne disparue pour tout ce qu’elle a représenté dans votre vie. Un cercle de parole chaleureux vous permettra de partager vos souvenirs positifs, vos émotions et vos réflexions avec d’autres participants qui comprennent la profondeur de votre perte.

  • Vous aurez pris un temps pour vous

Après avoir traversé une telle épreuve, il est crucial de prendre un temps pour vous, de vous recueillir et de vous recentrer. Cet atelier vous offre cette opportunité précieuse. Vous serez entouré(e) d’une communauté bienveillante et soutenante qui vous permettra de vous exprimer librement et de laisser aller vos émotions en toute confiance. Notre présence vous offrira un espace sécurisé où vous pourrez vous sentir compris(e) et accepté(e).

  • Vous aurez vécu une expérience unique 

À l’issue de cet atelier, vous ressentirez de l’apaisement et du réconfort dans cette épreuve difficile. Vous aurez eu l’occasion de vous connecter à l’être aimé par cette rencontre et vous lui aurez rendu un bel hommage. Vous vous sentirez entouré(e) et soutenu(e) par une communauté bienveillante.

soutien, souvenir

Les temps forts de l’atelier

  • Cercle d’ouverture avec les éléments de la nature
  • Cérémonie du souvenir dans lequel nous combinerons la parole, la créativité et la connexion au vivant
  • Rituel
  • Marche consciente
  • Temps de gratitude
  • Cercle de clôture

Des temps de pauses autour de boissons et grignotages sont également inclus dans la prestation.

Comment participer ?

L’atelier, limité à 10 personnes, se déroulera le dimanche 2 juillet 2023 pendant une demi-journée, entre 4 heures et 4H30.

Pour profiter pleinement de l’expérience et intégrer tout ce que vous vivrez, il est recommandé de ne rien prévoir après ce moment passé ensemble, afin de vous accorder le temps nécessaire pour vous reposer et intégrer ce que vous aurez vécu.

Les détails pratiques de l’atelier seront fournis après votre inscription (les recommandations de vêtements à apporter, matériel…).

Le tarif est de 50€. Pour que l’atelier reste accessible à tous, nous avons prévu un tarif solidaire d’un montant de 35€ pour les retraités, les demandeurs d’emploi, les parents isolés et les étudiants.

Pour vous inscrire, laissez-moi un message sur mon formulaire de contact : ici. Je serai ravie de répondre à toutes vos questions et de vous guider tout au long du processus d’inscription.

Rejoignez-nous le 2 juillet 2023 pour cette expérience unique au cœur de la forêt de Fausses Reposes.

Si vous ne pouvez pas assister à cet atelier et avez besoin d’accompagnement dans votre parcours de deuil, je suis là pour vous écouter, comprendre vos besoins et vous offrir le soutien nécessaire pour accueillir vos émotions avec douceur et réconfort. N’hésitez pas à me contacter..

Sandra


devenir une mère épanouie

Devenir une mère épanouie grâce à la psychogénéalogie

Sandra Guillemin vous propose :

Devenir une mère épanouie grâce à la psychogénéalogie

Aujourd’hui, j’ai envie d’aborder un sujet fascinant : la psychogénéalogie et son impact sur le parcours de devenir mère.

La psychogénéalogie explore les schémas familiaux et les influences transgénérationnelles sur notre développement, et lorsqu’il s’agit de devenir mère, notre arbre généalogique peut jouer un rôle crucial dans cette expérience unique. Dans cet article, nous allons examiner comment les modèles parentaux, les croyances et les valeurs familiales peuvent façonner nos attentes, nos peurs et nos joies lorsque nous accueillons un nouveau-né dans nos bras. Nous allons également explorer comment la prise de conscience de ces schémas peut nous aider à créer une parentalité consciente et équilibrée.

L’influence des schémas familiaux

Les schémas familiaux sont souvent transmis de génération en génération. Les attitudes envers la maternité, les rôles de genre et les pratiques éducatives peuvent être profondément enracinées dans notre héritage familial. En grandissant, nous absorbons ces schémas sans même nous en rendre compte. Lorsque nous devenons mères, ces schémas peuvent se manifester de manière consciente ou inconsciente, influençant notre comportement et nos interactions avec nos enfants.

L’identification inconsciente et la répétition de comportements familiaux

En tant qu’êtres humains, nous avons tendance à nous identifier à des membres de notre famille, en particulier nos parents. Cette identification peut se refléter dans nos comportements et nos choix de vie, y compris notre rôle de mère. Parfois, nous répétons des schémas familiaux, même s’ils ne sont pas alignés avec nos propres valeurs ou aspirations. Prendre conscience de ces schémas est essentiel pour briser le cycle et construire une parentalité plus épanouissante.

L’impact des traumatismes non résolus

Il est important de reconnaître que des traumatismes non résolus dans notre lignée familiale peuvent émerger pendant notre parcours vers la maternité. Ces traumatismes peuvent avoir un impact significatif sur notre expérience maternelle. Ils peuvent se manifester sous forme de peurs, d’anxiétés ou de schémas dysfonctionnels. Explorer ces héritages émotionnels est essentiel pour notre propre guérison et pour créer un environnement aimant et sécurisant pour nos enfants.

La transition de la femme à la mère

La transition de la femme à la mère est une période de profonds changements émotionnels et psychologiques. Notre histoire familiale et nos relations avec nos parents peuvent influencer la manière dont nous abordons ce rôle. Certains d’entre nous peuvent trouver des exemples positifs à suivre, tandis que d’autres peuvent être confrontés à des modèles négatifs ou absents. Il est important de reconnaître que nous avons le pouvoir de choisir nos propres chemins et de créer de nouvelles traditions familiales.

Créer une parentalité consciente et équilibrée

La prise de conscience des schémas familiaux et des influences transgénérationnelles est le premier pas vers une parentalité consciente et équilibrée. En comprenant les mécanismes qui nous ont façonnés en tant que mères, nous pouvons commencer à remettre en question les schémas préétablis et à choisir consciemment nos propres approches éducatives et parentales.

Il est important de se donner la permission d’explorer notre histoire familiale et d’identifier les schémas qui peuvent être nocifs ou limitants. Cela peut nécessiter du temps, de la réflexion et peut-être même l’aide d’un professionnel de la psychogénéalogie. En faisant ce travail, nous pouvons nous libérer des schémas transmis et nous ouvrir à de nouvelles possibilités d’épanouissement en tant que mères.

Devenir une mère épanouie,

La psychogénéalogie nous offre une perspective unique sur notre parcours vers la maternité. En comprenant les schémas familiaux, les croyances et les valeurs qui ont façonné notre histoire, nous pouvons mieux comprendre nos propres réactions et émotions en tant que mères. Cela nous permet de choisir consciemment notre approche parentale et de créer un environnement aimant et épanouissant pour nos enfants. La maternité est une aventure transformative, et en embrassant notre histoire familiale, nous pouvons nous élever en tant que mères conscientes et épanouies.

Si vous avez besoin d’aide pour explorer votre héritage familial, vous pouvez me solliciter, je suis qualifiée pour vous accompagner dans l’exploration de votre histoire familiale. Je suis également membre de Fédération Française de Psychogénéalogie.

Si vous êtes une future maman, je vous invite à consulter mon offre De la Femme à la Mère. Je peux également vous proposer un appel gratuit  pour échanger sur votre problématique actuelle et les solutions qui pourraient vous aider. Je réserve mon appel offert.

Et enfin, continuez votre lecture avec d’autres contenus :

Prenez soin de vous,

Sandra


Dharma Flow

Atelier Vibrer sa mission de vie avec le Dharma Flow le 17/06/23

Atelier « Vibrer sa mission de vie avec le Dharma Flow » le 17/06/23

Aujourd’hui, je voudrais vous parler du Dharma Fow, une méthode d’accompagnement mise au point par Nathalie Geetha Babouraj, médecin, yogini, et approuvée par des milliers de personnes en ligne et en présentiel. 🌟

Le Dharma flow est un espace de transformation pour vous guider vers votre mission de vie et votre chemin d’empuissancement. Une séance de Dharma Flow est un moment de retour à soi pour vous relier à votre nature profonde et poser sereinement les prochains petits pas qui pourront vous accompagner vers un mieux être. 🌺🌱

Dans notre quête pour vivre une vie épanouissante et alignée avec notre véritable objectif, il est essentiel d’explorer notre mission de vie, cette part de nous qui réside au plus profond de notre être et qui s’exprime par un appel intérieur à devenir la meilleure version de soi même. 🚀

C’est là que le Dharma Flow entre en jeu. 🌈

Personnellement, je n’avais jamais entendu parler du Darma Flow jusqu’à ce que j’écoute le podcast Shine de Christine Lewicki qui avait invité au micro Nathalie Babouraj. Et c’est lors de cette interview que j’ai entendu parler pour la première du Dharma Flow, en ce début d’année 2023. Cela a éveillé ma curiosité et je me suis inscrite très peu de temps après pour suivre la formation que Nathalie proposait. Étant moi-même dans une démarche de réalisation personnelle, je ne pouvais pas passer à côté de cette méthode ! 💫

Dans cet article, que vous retrouverez également au format vidéo tout à la fin, mon intention est de vous faire découvrir à quoi vous attendre lors de l’atelier Vibrer sa mission de vie avec le Dharma Flow, samedi 17/06 de 14h à 18H chez Comenjoy, une yourte absolument charmante et à 2 pas de la Défense. 🌿

Cet atelier unique vous permettra d’identifier où vous en êtes dans votre roue du Dharma Flow. Ensuite, je vous proposerai une activité créative en lien avec la mission de vie pour nourrir votre feu intérieur et nous clôturerons par un cercle de parole où vous pourrez partager vos découvertes, vos aspirations, votre expérience… 🌻

Concernant la première partie de l’atelier, nous allons explorer votre roue du Dharma Flow. Cette roue représente 8 aspects de notre vie, tels que la sécurité intérieure, la joie créative et bien plus encore. Vous serez guidé.e pour évaluer chaque domaine et découvrir comment ils s’alignent ou se désalignent avec votre mission de vie.

Dharma Flow

Par exemple, en explorant ma roue, j’ai pris conscience que mon rayon « Attention à l’instant présent » est actuellement désaligné. C’est donc pour moi une invitation à ralentir, à être plus au contact de la nature et à être davantage dans le ressenti. 🌳🌼

Cela vous permettra d’identifier, vous aussi, les domaines qui nécessitent une attention particulière et poser sereinement les prochains petits pas qui pourront vous accompagner vers un mieux être et nourrir votre mission de vie. 🌟🚶‍♀️

Ensuite, je vous proposerai une activité créative en lien avec la mission de vie qui combinera l’écriture spontanée et le dessin. Je vous rassure, il n’y a pas besoin de savoir dessiner. Ce qui compte est de vous faire du bien et non de faire bien.
Ce sera un moment d’introspection qui vous permettra de vous connecter à votre être. 🖌️📝

Et enfin nous clôturerons l’atelier par un cercle de parole et d’écoute dans lequel vous pourrez partager vos découvertes, votre expérience, vos aspirations… 🗣️

C’est pour vous si vous souhaitez une vie plus alignée où la spiritualité a toute sa place pour vous soutenir sur votre chemin de vie et si vous voulez un petit coup de pouce pour avancer. 😉

🗓️ Rejoignez-moi le 17/06 de 14h à 18h chez Comenjoy, une yourte absolument charmante à 2 pas de la Défense, pour l’atelier Vibrer sa mission de vie avec le Dharma Flow. 🌈🌟

🔥BONUS pour les inscrits jusqu’à dimanche 11/06 : 🔥5 audios avec la médecine des éléments pour vivre une retraite en ligne ! 🎁🌿

Pour vous inscrire : Envoyez-moi un message depuis mon formulaire de contact ! 📩✉️

Et si vous n’êtes pas disponible pour l’atelier, je vous invite à découvrir mes accompagnements. accompagnements.  Si vous le souhaitez, je vous propose un appel gratuit pour échanger sur votre problématique actuelle et les solutions qui pourraient vous aider  : Je prends rdv de 30 mn gratuit et sans engagement.

Continuez votre lecture en découvrant d’autres articles liés :

A bientôt !

Sandra


Exploration créative - Sandra Guillemin - Créativité

La puissance des explorations créatives : éveillez votre créativité !

Sandra Guillemin vous propose :

La puissance des explorations créatives : éveillez votre créativité !

L’importance de la créativité dans notre vie quotidienne

La créativité est une aptitude universelle et fondamentale, reconnue aujourd’hui comme essentielle pour faire face aux changements de la société. C’est un moyen de réagir et de relever les nombreux défis de la vie actuelle, car elle conduit à l’innovation et à l’évolution.

Malheureusement, de nombreuses personnes qui consultent en relation d’aide, en hypnose, en sophrologie ou en art-thérapie expriment souvent avoir délaissé leur part créative. Le rythme tyrannique du quotidien et de la société de consommation les pousse à mettre de côté cette dimension importante de leur être.

Pour Anne-Marie Jobin, les habitudes, le manque de temps, l’éparpillement, le doute, la procrastination ou l’oubli de soi nous éloignent de nos désirs profonds. C’est pourquoi la créativité est une voie royale pour donner un sens à sa vie et résister à l’aliénation d’une société matérialiste et individualiste. En redécouvrant et en cultivant notre créativité, nous pouvons retrouver un équilibre, une connexion avec notre moi profond et une résistance face aux pressions extérieures.

La créativité est bien plus qu’une simple activité artistique. C’est une source de réinvention, d’expression authentique et de liberté. En intégrant la créativité dans nos vies, nous nous ouvrons à de nouvelles possibilités, à des perspectives inédites et à une plus grande résilience face aux défis qui se présentent à nous.

Ainsi, n’oublions pas notre part créative et engageons-nous à la nourrir. C’est en embrassant cette dimension essentielle de notre être que nous pourrons donner un sens profond à notre existence et vivre en harmonie avec nous-mêmes, malgré les pressions du monde moderne.

La méthode d’Exploration Créative : ouvrez les portes de votre créativité

L’Exploration Créative est une méthode qui utilise des « médiations« , des « supports« , et des « processus » de nature artistique, littéraire et ludique pour soutenir le développement de la personne et l’orienter dans son cheminement personnel avec un accompagnement adapté dans un cadre sécurisant. Son objectif n’est pas de cultiver des talents artistiques, mais de permettre à chacun d‘incarner son pouvoir créateur face à ses besoins et aux situations du quotidien. Aucune compétence artistique n’est requise, juste le désir de s’engager pleinement dans une expérience.

Voici un kit de survie de l’explorateur créatif, transmis par ma formatrice Laurence Bosi. Bien sûr, il n’est pas exhaustif mais très pratique !

  • Carnet / cahier non ligné format A5
  • Crayon/ gomme ou porte mine avec une petite gomme
  • Palette à pastille de gouache
  • et/ou pochette de crayons aquarellable
  • Pinceau à réservoir pour la gouache et l’aquarelle
  • Des vieilles cartes de fidélité qui serviront de spatule pour peindre et pour coller
  • Mini tubes de peinture acrylique (bon marché chez Action)
  • Pinceaux adaptés pour l’acrylique
  • Feutre noir qui glisse tout seul et qui ne s’efface pas ( suggestion : permanent pilot twin marker deux pointes 0,5 et 0,7 mm)
  • Stylo blanc (suggestion : posca blanc pointe PC1MC) ou stylo gel
  • Des stylos gel pour mettre de la couleur et des paillettes
  • 1 stock d’images inspirantes de taille moyenne-petites et de mots pré-découpés à l’avance
  • De la colle et des rouleaux de scotch déco (washi-tape)
  • Des petits ciseaux
  • Une pochette pour tout ranger

Cette méthode présente l’avantage d’une grande souplesse en termes de thématiques : l’objet d’exploration peut être un thème défini à l’avance ou émerger spontanément au cours d’une séance. Par exemple, une cliente est venue pour un accompagnement lié au deuil, sans savoir précisément quel deuil nécessitait son soutien. Grâce au processus d’Exploration Créative, j’ai pu mieux identifier sa demande, ce qui lui a permis de prendre conscience du deuil sur lequel elle avait besoin d’être davantage accompagnée.

En termes de mise en pratique, la méthode d’Exploration Créative ne se limite pas à une seule technique artistique ou à un support spécifique, mais encourage l’utilisation combinée de différents matériaux créatifs et de supports ludiques en dehors du domaine artistique habituel, tels que les cartes ou le photo langage.

À cet égard, elle s’inspire de l’approche du Journal Créatif® conçu par Anne-Marie Jobin, qui combine spontanément des langages symboliques (dessin, collage, peinture) et conceptuels (écriture) afin de stimuler les deux hémisphères du cerveau et d’accéder ainsi pleinement au monde intérieur (intuition, inconscient, rêves, etc.).

La méthode d’Exploration Créative puise également son inspiration dans l’art-thérapie, en intégrant des processus artistiques qui permettent véritablement de « nourrir« , « prendre soin » et « transformer » ce qui émerge tout au long du processus, en privilégiant le « bien-être » plutôt que la notion de « bien faire ».

créativité
Crédit photo : Anne-Juliette Verlaque

Les avantages de la méthode d’Exploration Créative

La méthode d’Exploration Créative présente de nombreux avantages qui favorisent une expérience enrichissante et transformative. Tout d’abord, elle encourage la pleine présence, permettant aux individus d’être pleinement connectés au « cœur, corps et esprit ». En intégrant des rituels de centrage inspirés des approches psycho-corporelles tels que la méditation, la respiration et la relaxation, elle crée un espace de calme intérieur propice à l’émergence d’une vision plus personnelle.

En utilisant des médias artistiques, littéraires et ludiques, la méthode d’Exploration Créative offre un terrain d’expression unique, permettant de donner forme à ses pensées, émotions et expériences. Elle offre une voie d’exploration sans jugement, où chacun peut librement exprimer sa créativité et son authenticité, sans se soucier des résultats artistiques.

De plus, la méthode d’Exploration Créative favorise la découverte de nouvelles perspectives et la résolution de problèmes. En encourageant l’utilisation de différents supports créatifs et en intégrant des outils ludiques, elle permet d’explorer les situations sous des angles différents, d’élargir sa vision et de trouver des solutions créatives et novatrices.

Enfin, la méthode d’Exploration Créative offre un espace sécurisé pour le développement personnel. Elle permet d’explorer ses besoins, ses aspirations et ses défis, et offre un accompagnement adapté dans un cadre bienveillant. En favorisant l’expression de soi et l’exploration de son monde intérieur, elle offre une opportunité de croissance personnelle et de transformation.

6 façons d’intégrer les explorations créatives dans votre quotidien :

  • Priorisez du temps et un espace dédié à la créativité.
  • Soyez régulier dans votre pratique pour nourrir votre créativité de manière continue.
  • Explorez différents domaines et activités pour stimuler votre créativité.
  • Trouvez l’inspiration à travers la lecture, les applications créatives, la nature, les expositions, et rejoignez une communauté en ligne.
  • Accordez-vous la permission d’explorer sans jugement et laissez-vous surprendre par ce qui émerge.
  • Ouvrez un espace pour l’expression de votre créativité, l’expérimentation et la découverte de vous-même.

En intégrant les explorations créatives dans votre quotidien, vous nourrissez votre créativité et ouvrez des possibilités d’expression et d’épanouissement personnel. Si vous le souhaitez, je peux vous transmettre, uniquement sur demande, depuis mon formulaire de contact, une bibliographie pour enrichir vos explorations créatives.

Un témoignage inspirant suite à un exercice de créativité

A l’occasion de la 2e édition du Festival Ensemble, j’ai animé quelques ateliers d’Exploration Créative et voici le témoignage de Viviane Y. : « J’ai participé à un atelier d’art-thérapie et ‘Exploration Créative. Le résultat en si peu de temps est bluffant. C’est ludique, ça m’a ouvert les chakras et m’a amenée en douceur à une réflexion qui m’a faite sortir de ma zone de confort. »

créativité
Crédit photo : Sandra Guillemin au Festival Ensemble en 07/22.

Les explorations créatives offrent une multitude d’avantages et de possibilités pour nourrir notre créativité et enrichir notre vie quotidienne. Elles nous permettent de développer notre présence, de stimuler notre imagination, d’explorer de nouveaux domaines et de trouver des solutions originales à nos défis. En intégrant ces pratiques dans notre routine, nous ouvrons la porte à un monde de découvertes et de développement personnel.

Je vous encourage à expérimenter les explorations créatives et à les intégrer dans votre vie quotidienne. Prenez le temps de vous connecter avec votre créativité, d’explorer de nouveaux horizons et de laisser émerger votre potentiel créatif. N’hésitez pas à partager vos propres expériences et découvertes dans ce domaine, car chaque parcours est unique et inspirant.

Concrètement, comment se déroule une séance de créativité avec moi ? 

La séance se déroule en individuel ou en groupe via visioconférence, avec un thème tel que « Exploration des paysages intérieurs » ou « un passage de saison » ou un autre thème en lien avec le bien-être. Cette méthode peut-être intégrée dans les prestations indiquées sur mon site ou à la carte. Vous êtes guidé(e) par une méthode structurée pour assurer votre sécurité émotionnelle et créative. Vous êtes invitée) à créer dans un espace confortable et confidentiel, propice à une expérience immersive. Voici un exemple de processus :

1. Accueil et préparation :

  • Je vous accueille chaleureusement et crée un espace sécurisé pour l’exploration créative. Je vous présente le thème de la séance et commence par un moment de centrage pour vous préparer à plonger dans le processus créatif.

2. Nommer l’intention :

  • Vous prenez 5 minutes pour une écriture spontanée non linéaire afin de nommer votre intention pour la séance.

3. Exploration créative :

  • Vous manipulez divers déclencheurs tels que des images, des mots, des tubes de peinture, etc. Vous choisissez votre déclencheur et passez à l’action créative, que ce soit par le collage, la peinture, le dessin ou l’écriture.

4. Observation et ouverture :

  • Après avoir créé, vous prenez un temps d’observation, de curiosité et d’ouverture. Vous vous laissez surprendre par les éléments de votre création, vous immergeant dans le paysage que vous avez construit.

5. Dialogue Intérieur :

  • Je vous guide dans un dialogue intérieur, vous invitant à explorer ce qui émerge de votre création, les émotions, les sensations, les perceptions qu’elle suscite en vous.

6. Intégration et Conclusion :

  • Vous terminez la séance par une période d’intégration, en partageant vos mots ou un titre qui résume votre expérience. Si vous êtes en groupe, vous avez la possibilité de partager votre expérience avec les autres participants.

Rejoignez-moi pour une séance d’exploration créative et laisser vous guider par de nouvelles découvertes !  Pour réserver une séance avec moi, c’est par ici. 

Prenez soin de vous, à bientôt !

Sandra

 


psychogenealogie

La psychogénéalogie : un outil puissant pour les personnes en quête de sens

Sandra Guillemin vous propose :

La psychogénéalogie : un outil puissant pour les personnes en quête de sens

Dans la quête de mieux se comprendre soi-même, il est souvent nécessaire de plonger dans les profondeurs de nos racines familiales. La psychogénéalogie offre une approche fascinante pour explorer les dynamiques familiales et individuelles qui influencent notre existence. La psychogénéalogie offre une fascinante exploration des dynamiques familiales et individuelles, influençant notre existence bien au-delà des liens biologiques. Imaginez une famille où plusieurs membres ont vécu des tragédies similaires à des âges similaires, comme la perte d’un parent à un jeune âge. Ces événements peuvent créer des schémas transgénérationnels de deuil non résolu, affectant les générations suivantes. Cela peut se traduire par des schémas émotionnels et comportementaux comme le fait de refuser de parler du décès ou de ne pas former de relations proches de peur de revivre la douleur de la perte d’un être cher… Dans cet article, nous plongerons dans les fondements de la psychogénéalogie, ses concepts clés, les outils pour avancer, et comment vous pouvez commencer votre propre voyage de découverte.

Les origines de la psychogénéalogie

La psychogénéalogie puise ses racines dans les travaux pionniers de psychanalystes tels que Carl Gustav Jung et Sigmund Freud. Cependant, c’est avec le travail novateur de psychothérapeutes contemporains comme Anne Ancelin Schützenberger et Alejandro Jodorowsky que la discipline a pris son essor dans les années 1970. Depuis, la psychogénéalogie est devenue un outil précieux pour comprendre les schémas familiaux récurrents et les transmissions transgénérationnelles.

Sandra Guillemin - psychogénéalogie

Les concepts clés de la psychogénéalogie

Les concepts clés de la psychogénéalogie fournissent une fenêtre fascinante sur les dynamiques familiales et individuelles qui façonnent notre existence. Parmi ces concepts, les secrets de famille occupent une place centrale. Ces secrets peuvent être des événements traumatisants, des histoires non dites ou des informations cachées qui influent sur la dynamique familiale et imprègnent l’inconscient collectif. Dans son livre, Evelyne Bissone-Jeufroy donne un exemple avec une patiente nommée Rosa : « Je constate qu’elle se touche sans arrêt les épaules, la nuque et le haut du dos. Mais depuis quelques jours, pour la première fois cette douleur s’est envolée. Cette femme avait mené sa petite enquête et en particulier sur son arrière grand-mère. L’histoire familiale qu’elle connaissait racontait qu’elle était morte à cause de la grippe espagnole, mais elle avait le sentiment qu’on ne lui disait pas tout et elle avait décidé d’interroger un de ses cousins. Celui-ci a finalement révélé que cette arrière grand-mère n’était morte de de maladie, mais qu’elle s’était pendue à 32 ans, honteuse d’avoir trompé son mari avec un ami. A l’instant même où Rosa a lu le mit pendue, sa douleur à la nuque et aux épaules a disparu comme par magie. Selon la psychogénéalogie, ce qui n’est pas dit est transmis. Si l’on en parle, il n’ y a pas de transmission. 

Les loyautés invisibles représentent un autre concept clé de la psychogénéalogie. Il s’agit des liens émotionnels et des alliances qui se développent au sein de la famille, souvent inconsciemment, en réponse à des événements passés. Par exemple, un enfant peut se sentir obligé de prendre soin d’un parent malade, même au détriment de sa propre santé ou bonheur, en raison d’un sentiment de loyauté envers la famille. Il y a aussi un exemple très connu celui de John Fitzgerald Kennedy décédé le 22 novembre à 46 ans. Le jour de son assassinat et de son âge sont des répétions exactes des premiers décès de sa lignée paternelle (22/11 à l’âge de 46 ans). JFK avait refusé la protection par loyauté familiale. 

Le syndrome d’anniversaire est un phénomène où les événements tragiques ou significatifs survenus à un membre de la famille sont répétés ou ressentis par les générations suivantes autour de la même période. C’est en travaillant avec des malades atteints d’un cancer en phase terminale qu’Anne Ancelin Schützenberger repère et met en lumière ce syndrome d’anniversaire. Elle a ainsi confirmé les découvertes que Joséphine Hildgard avait faites (de 1952 à 1988) en repérant la corrélation entre l’apparition des psychoses chez un grand nombre de malades dans les hôpitaux où elle exerçait, et la répétition dans la famille de ces malades d’un évènement traumatisant vécu dans l’enfance par un individu qui perd sa mère ou son père par décès, internement psychiatrique ou accident. L’apparition de ces psychoses se produisait, comme une « coïncidence », à une date ou à un âge précis correspondant à ceux de l’évènement traumatique. Un cancer se déclenche parfois à la date anniversaire où l’âge auquel une mère, un grand-père ou une tante étaient, précédemment, morts d’un cancer ou d’un accident. Cette répétition inconsciente constituerait une sorte de loyauté familiale, invisible comme une identification inconsciente à une personne clé de l’arbre, aimée et/ou importante. 

Enfin, le syndrome du gisant décrit le poids émotionnel ressenti par un individu vis-à-vis d’un ancêtre dont le décès ou la souffrance n’a pas été pleinement reconnu ou intégré par la famille. Cela peut entraîner une transmission inconsciente de la douleur et du deuil à travers les générations, affectant profondément le bien-être émotionnel des membres de la famille. Imaginez une famille où un grand-père est décédé tragiquement dans un accident alors que son fils était encore jeune. Au lieu de traiter ouvertement et de faire face à cette perte, la famille a choisi de garder le silence sur l’événement, évitant tout souvenir ou discussion à ce sujet. Cependant, même si les paroles étaient rares, l’ombre de la perte du grand-père a continué à hanter la famille au fil des générations. Le petit-fils de ce grand-père, bien qu’il n’ait jamais rencontré son grand-père, ressent un sentiment de tristesse inexplicable chaque fois que la date de l’accident approche. Il ne comprend pas pourquoi il se sent si ému à cette période de l’année, mais il ne peut pas s’empêcher de ressentir une profonde douleur et une perte, même s’il n’a jamais connu son grand-père.

Cet exemple illustre comment le syndrome du gisant opère au sein de la famille. Même si le décès du grand-père n’a pas été pleinement reconnu ou discuté ouvertement, son impact émotionnel continue à se transmettre inconsciemment à travers les générations. Le petit-fils porte le fardeau émotionnel de cette perte non résolue, affectant profondément son bien-être émotionnel et sa relation avec la famille, même sans en être pleinement conscient.

Ces concepts clés de la psychogénéalogie sont interconnectés et travaillent ensemble pour influencer notre comportement, nos choix de vie et nos relations interpersonnelles. En prenant conscience de ces mécanismes, nous pouvons entamer un processus de guérison et de transformation personnelle, en brisant les schémas répétitifs et en trouvant une nouvelle voie vers le bien-être et l’épanouissement.

Sandra Guillemin - psychogénéalogieLes bienfaits de la psychogénéalogie

La pratique de la psychogénéalogie offre des avantages, tant sur le plan individuel que familial. En explorant nos racines familiales, nous sommes en mesure de : comprendre et de résoudre les conflits internes, d’identifier et de transformer les schémas répétitifs, d’améliorer nos relations avec nos proches. Ce processus de découverte de soi favorise également le développement d’une identité personnelle plus solide et d’une estime de soi renforcée.

1/ Guérir les blessures du passé

La psychogénéalogie offre la possibilité de guérir les blessures transmises par nos ancêtres. Nous sommes souvent porteurs de schémas négatifs et de douleurs héritées de nos ascendants, qui peuvent se manifester sous forme de problèmes relationnels, de maladies inexplicables ou d’autres difficultés émotionnelles. En plongeant dans l’exploration de notre arbre généalogique, nous pouvons identifier ces blessures, les comprendre et les libérer. Cela nous permet de briser le cycle des schémas négatifs et de vivre une vie plus épanouissante.

2/ Se connecter à notre héritage

La psychogénéalogie nous invite à nous connecter profondément à notre héritage familial. En découvrant les histoires et les expériences de nos ancêtres, nous pouvons mieux comprendre qui nous sommes et d’où nous venons. Nous découvrons que nous sommes, par exemple, le résultat d’une longue lignée de femmes fortes, résilientes et courageuses, qui ont surmonté des épreuves et qui ont transmis des valeurs précieuses. Cette connexion avec notre héritage nous apporte un sentiment d’appartenance, de fierté et de force intérieure.

3/ Trouver un sens plus profond

La psychogénéalogie nous aide à donner un sens plus profond à notre existence. En explorant notre arbre généalogique, nous découvrons des schémas récurrents, des histoires d’amour, de guérison, de perte et de résilience qui se sont transmis de génération en génération. Nous prenons conscience de notre place dans cette chaîne d’événements et de notre rôle à jouer dans la guérison et la transformation. Cette compréhension nous permet de vivre avec plus de clarté, de gratitude et d’alignement avec notre véritable mission de vie.

Sandra Guillemin - psychogénéalogie

Comment commencer votre voyage avec la psychogénéalogie ?

Si la psychogénéalogie vous intrigue, voici quelques étapes pour commencer votre voyage :

  • Réalisez votre génosociogramme, (arbre généalogique enrichi des relations entre les divers membres de la famille). Commencez par recueillir des informations sur votre famille et tracez votre arbre généalogique. Identifiez les membres de votre famille, les événements marquants et les histoires qui ont été transmises de génération en génération. Cela vous aidera à éclairer votre histoire familiale et les relations entre ses divers membres, à comprendre que l’histoire n’a pas commencé avec vos propres parents, mais bien avant eux, et donc à se mettre en quête des ses racines et de son identité, à révéler ce qui a été transmis de manière transgénérationnelle : loyautés, secrets, répétitions, etc.., à terminer les deuils non faits. 
  • Posez des questions à votre famille. Entrez en contact avec vos proches, en particulier les membres plus âgés de votre famille, et posez leur des questions sur l’histoire familiale. Écoutez attentivement les récits, les anecdotes et les souvenirs qu’ils partagent. Ces conversations peuvent révéler des détails précieux sur vos ancêtres et leurs expériences de vie.
  • Soyez curieux et ouvert d’esprit. L’exploration de la psychogénéalogie demande de la curiosité et une ouverture d’esprit. Soyez prête à découvrir des histoires parfois surprenantes ou émouvantes. Abordez ce voyage avec une attitude bienveillante envers vous-même et envers vos ancêtres.
  • Consultez un professionnel de la psychogénéalogie. Si vous souhaitez approfondir votre exploration, envisagez de consulter un professionnel de la psychogénéalogie. Il pourra vous guider dans votre quête, vous aider à dénouer les fils du passé et à trouver des réponses à vos questions les plus profondes.

Laissez-vous guider vers une plus grande compréhension de vous-même et de votre place dans le monde

La psychogénéalogie est donc une approche puissante pour les personnes en quête de sens. En plongeant dans notre histoire familiale, nous pouvons guérir les blessures transgénérationnelles, nous connecter à notre héritage et trouver un sens plus profond à notre existence. Ce voyage d’exploration et de guérison peut être transformateur, nous permettant de vivre une vie plus épanouissante et alignée avec qui nous sommes vraiment. Alors, osez vous aventurer dans le monde fascinant de la psychogénéalogie et laissez votre histoire familiale vous guider vers une plus grande compréhension de vous-même et de votre place dans le monde.

Si vous avez besoin d’une professionnelle pour vous accompagner dans cette exploration, je suis là pour vous ! Je suis formée en relation d’aide à l’Institut Cassiopée et la psychogénéalogie est une de mes spécialisations. Je suis également membre de la Fédération Française de Psychogénéalogie.

Si vous souhaitez un réaliser votre génosociogramme (arbre généalogique enrichi des relations sociales entre les différents membres de la famille) pour mieux comprendre l’influence de votre lignée sur votre histoire actuelle, identifier les schémas répétitifs et les blocages qui entravent votre épanouissement, libérer des secrets et des poids qui vous empêchent d’avancer, vous pouvez prendre rdv avec moi ici.

Et pour terminer, je vous invite à découvrir un autre article sur le thème de la psychogénéalogie : Devenir une mère épanouie grâce à la psychogénéalogie

Prenez soin de vous,

Sandra


festival Ensemble, l'entraide humaine

Je participe au Festival Ensemble du 06/05/23 !

Je participe au Festival ENSEMBLE

Pour la 2e année consécutive, je participe à la 3e édition du Festival ENSEMBLE qui aura lieu le 6 mai 2023 à la Cité Fertile en région parisienne. Il est organisé par The Sorority Foundation et est dédié à l’entraide humaine et au bien-être de tous. C’est une façon pour moi de soutenir les valeurs du festival : la protection, l’entraide, la sororité, la bienveillance et le partage. C’est aussi l’occasion de belles rencontres et aussi faire découvrir mon univers 🙂

Qu’est-ce que The Sorority Foundation ?

The Sorority Foundation est une association de loi 1901 reconnue d’intérêt général dont l’objet est la lutte contre les violences conjugales, intrafamiliales, contre le harcèlement et plus généralement contre toutes les formes de violence auxquelles font face les femmes, les adolescentes, et les personnes issues des minorités de genre. L’association inscrit, également, son action en matière de lutte pour l’égalité des genres, pour la sécurité, pour le respect et pour l’épanouissement de toutes.

THE SORORITY est la première application bienveillante de protection, d’Entraide et de Partage entre les femmes et les personnes issues des minorités de genre dédiée à la sécurité et à l’épanouissement de toutes. Elle compte aujourd’hui une communauté de plus de 57 622 femmes en France, en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, en Algérie, en Tunisie, au Canada et bientôt dans le monde entier. Cette application permet de lutter contre toutes les formes de violence faites aux femmes, aux personnes issues des minorités de genre et de harcèlement afin d’assurer la sécurité et le bien-être de toutes. L’application est utilisable partout.

The Sorority est aussi une initiative labellisée et lauréate du prix du grand public générations égalités Voices 2022 ONU FEMMES FRANCE.Chaque personne peut à tout moment y trouver une écoute bienveillante, de l’aide, du soutien ou encore un lieu sûr pour fuir en cas de danger immédiat.

Le festival ENSEMBLE vient donner une nouvelle impulsion à cette entraide.

 

Quelle sera ma contribution au Festival Ensemble ?

Cette année, j’ai choisi des animations au travers d’ateliers pour faire découvrir une partie de mon activité.

  • À 14H : atelier « Vibrer sa mission de vie avec le Dharma Flow ». Le Dharma Flow est un espace de transformation pour vous guider vers votre mission de vie et votre chemin d’empuissancement. C’est pour vous, si vous souhaitez une vie plus alignée où la spiritualité a toute sa place pour vous soutenir sur votre chemin de vie et si vous voulez un petit coup de pouce pour avancer 🙂 Une séance de Dharma Flow est un moment de retour à soi pour vous relier à votre nature profonde et poser sereinement vos prochains petits pas qui pourront vous accompagner vers un mieux-être.
  • À 15H30 : atelier de psychogénéalogie. Le génosociogramme, qu’est-ce que c’est ? À quoi il sert ? Combien de temps ça prend ? Où est-ce que je peux trouver les informations ?
  • A 17H : atelier « Décrypter son prénom avec la psychogénéalogie« . À travers différentes approches, vous pourrez découvrir la symbolique de votre prénom. J’aurai plusieurs exercices à vous proposer et des ouvrages à consulter pour compléter vos recherches.

Les informations pratiques

Les ateliers seront d’une durée d’une heure environ. Pour chaque atelier, il n’y a pas de réservation. Les premiers arrivés seront les premiers servis 🙂 Concernant la participation à mes ateliers, une participation consciente vous sera demandée.

Pour découvrir, l’ensemble de la programmation du festival Ensemble, c’est ici. Et pour prendre votre place pour le festival, c’est ici. Pour que l’événement reste accessible à tous, l’entrée est au chapeau.

Et pour conclure, je vous partage l’article suite à ma première participation au Festival ENSEMBLE, en juillet 2022 : Lire l’article.

Prenez soin de vous,

Sandra


mission de vie

Vibrer sa mission de vie

Sandra Guillemin vous propose :

 

“Chacun vient au monde avec un appel sacré inscrit en lui. Répondre à cet appel permet de se créer et d’apporter une contribution à rendre le monde meilleur”. Jean Monbourquette

Qu’est-ce que la mission de vie ?

La mission de vie englobe plusieurs caractéristiques essentielles, étroitement liées à la recherche de notre identité et de notre valeur propre. Elle réside au plus profond de notre être et donne un sens profond à notre existence. C’est un appel intérieur puissant à devenir la meilleure version de nous-mêmes, en nous épanouissant à travers des actions qui sont en accord avec notre nature intrinsèque, unique à chacun. Découvrir sa mission de vie nous permet d’être en harmonie avec nous-mêmes tout en contribuant positivement au monde qui nous entoure. Cela nous procure un sentiment profond d’appartenance et d’utilité, nous permettant de nous sentir pleinement à notre place.

La mission de vie peut inclure à la fois des aspects personnels et professionnels. « Une mission de vie, c’est un dépassement de soi à réaliser, c’est une part de son ombre à illuminer, c’est se permettre d’être pleinement soi-même afin d’offrir sa lumière aux autres. » indique Caroline Morel alias Mademoiselle Bien-être.

La mission de vie est un voyage personnel et profondément transformateur. C’est un appel intérieur à vivre une existence authentique, épanouissante et significative. En embrassant cette quête, nous découvrons notre véritable potentiel et contribuons à façonner un monde meilleur, tout en trouvant notre propre bonheur et accomplissement.

Comment trouver sa mission de vie ?

La mission de vie peut-être découverte en identifiant ses passions, ses talents, ses valeurs et ses aspirations. Je vous propose 7 façons de trouver votre mission de vie. Ce sont celles que j’ai expérimentées personnellement.

  • Démarrer un travail d’introspection. Je vous propose 12 questions pour être connecté avec les besoins de votre âme et découvrir votre mission de vie. Ces questions sont conçues pour approfondir votre réflexion sur vos aspirations, vos passions, vos valeurs et vos talents intrinsèques, afin de mieux comprendre vos besoins spirituels et votre mission de vie. Prenez le temps d’y réfléchir et d’y répondre honnêtement, en vous laissant guider par votre intuition et votre véritable essence.
    1. Que rêvez-vous de devenir lorsque vous étiez enfants ? Quelles étaient vos aspirations profondes à cette époque ?
    2. Quels talents, aptitudes ou capacités naturelles se sont manifestés chez vous pendant votre jeunesse ?
    3. Dans quelles activités agissez-vous spontanément, plus rapidement et avec plus d’aisance que les autres ?
    4. Qu’est-ce qui vous passionne réellement dans votre vie ? Quelles sont les activités qui vous font vibrer et vous donnent un sentiment d’accomplissement ?
    5. Quelles sont les activités que vous pourriez faire pendant des heures sans même vous rendre compte du temps qui passe ?
    6. Quelles sont les activités qui vous apportent le plus de joie et de satisfaction, et pourquoi ?
    7. Quelles sont les valeurs qui vous animent profondément ? Quelles sont les convictions ou les principes auxquels vous tenez le plus ?
    8. Quelles sont les qualités dont vous êtes fier(e) et qui sont reconnues par les autres aujourd’hui ?
    9. Si tout était possible et que vous n’aviez pas besoin de travailler, que feriez-vous de vos journées ? Comment choisiriez-vous de passer votre temps ?
    10. Quelles histoires de vie vous inspirent ? Quelles personnes vous inspirent ? Et pourquoi ?
    11. Dans quels domaines aimeriez-vous apprendre, vous former et vous améliorer ? Quelles compétences ou connaissances vous attirent particulièrement ?
    12. Si vous ne disposiez que d’une année à vivre, que souhaiteriez-vous voir, accomplir ou dire dans votre vie pour partir le cœur plus léger ?
  • Soyez ouvert à l’exploration et à la découverte. Essayez de nouvelles choses, sortez de votre zone de confort, rencontrez de nouvelles personnes et apprenez de nouvelles compétences. Ces expériences peuvent vous aider à découvrir des passions et des intérêts que vous n’avez peut-être jamais considérés auparavant.
  • Écoutez votre intuition et votre instinct. Votre intuition peut vous guider vers des choix qui sont en alignement avec votre mission de vie.
  • Identifiez vos forces et vos compétences particulières. Je vous partage un lien qui peut vous permettre pour réaliser le test « les 24 forces » selon le VIA Institute character. Vous avez également la possibilité de découvrir vos points forts avec le test « Clifton Strenghts Finder », disponible en livre.
  • Connaître les 8 types d’intelligence et identifiez vos dominantesLes 8 intelligences
  • Déterminez comment vous pouvez contribuer : Pensez à la manière dont vous pouvez contribuer au monde. Comment pouvez-vous aider les autres ? Comment pouvez-vous avoir un impact positif sur votre communauté ou votre environnement ? Trouvez des moyens de contribuer qui sont en alignement avec votre mission de vie.
  • Être accompagné par un coach ou un thérapeute spécialisé. En ce qui me concerne, j’ai été coachée par Laurie Audibert, experte dans ce domaine. Elle m’a énormément aidée dans mon travail d’introspection. En complément, j’ai aussi suivi des séances avec Caroline Morel, accompagnante en chemin de vie.
mission de vie
Crédit photo : pexels-taryn-elliott

Ce que votre prénom dit de votre mission de vie

Le prénom que vous portez est bien plus qu’un simple élément d’identité. Il renferme des indices précieux sur votre mission de vie. Vous pouvez commencer par explorer le sens et l’origine de votre prénom, découvrir à quelle date il est célébré et vérifier s’il y a eu des événements importants dans votre famille à cette même date, remontant jusqu’à la 4e génération. En vous référant à l’histoire des saints ou à des personnages célèbres portant le même prénom, vous pourrez également déceler des significations cachées supplémentaires.

Consulter un dictionnaire étymologique peut également s’avérer intéressant, car l’étymologie révèle notre origine.

Par ailleurs, vous pouvez vous plonger dans le dictionnaire de la langue des oiseaux. Cette langue fictive et secrète consiste à donner un sens différent aux mots et aux phrases, en jouant avec les sonorités, les jeux de mots (verlan, anagrammes, fragments de mots, etc.) et en utilisant la symbolique des lettres. Vous y trouverez des clés supplémentaires pour comprendre la signification de votre prénom.

En réalité, il existe de nombreuses façons d’explorer la signification des prénoms. Annie Tranvouëz a écrit plusieurs livres passionnants sur ce sujet, tels que « La symbolique des prénoms transgénérationnels » et « Mon prénom, un hasard ? ». Ils utilisent notamment la psychogénéalogie pour décrypter la signification profonde des prénoms.

En vous plongeant dans l’étude de votre prénom, vous découvrirez des pistes riches et fascinantes pour mieux comprendre votre mission de vie. C’est une démarche qui peut vous aider à vous connecter davantage à votre essence et à vous épanouir pleinement dans votre parcours personnel.

Les avantages de vivre sa mission de vie

Lorsque vous embrassez pleinement votre mission de vie, vous ressentez un profond sentiment d’accomplissement et de satisfaction. Vous savez que vous faites quelque chose qui a du sens pour vous et qui contribue positivement au monde qui vous entoure.

Vivre sa mission de vie a le pouvoir de renforcer la confiance en soi, d’améliorer l’estime de soi et de développer une fierté profonde pour ce que vous êtes et pour vos actions.

En vivant votre mission de vie, vous vivez en accord avec vos valeurs personnelles. Cela joue un rôle essentiel dans votre satisfaction globale, car cela donne un sens à chacune de vos actions et vous permet de vous sentir en paix avec vos choix.

Vibrer pleinement avec votre mission de vie vous offre une clarté et une direction, vous permettant de focaliser votre énergie et vos ressources sur ce qui compte vraiment pour vous. Cela vous donne une motivation intrinsèque, car vous savez que vous œuvrez pour quelque chose de plus grand que vous-même.

De plus, vivre sa mission de vie peut inspirer les autres. Votre engagement et votre passion contagieuse peuvent inciter les personnes autour de vous à trouver et à poursuivre leur propre mission de vie, créant ainsi un effet positif en cascade dans votre entourage.

En somme, vivre sa mission de vie offre une profonde gratification personnelle, une harmonie intérieure et une contribution significative au monde. C’est un voyage d’épanouissement qui vaut la peine d’être entrepris, car il permet de vivre une vie alignée, épanouissante et empreinte de sens.

mission de vie

Les obstacles qui vous empêchent de vous réaliser

Il est essentiel de reconnaître les obstacles qui entravent votre épanouissement et vous empêchent de vivre pleinement votre mission de vie.

L’exploration de ces obstacles à travers une thérapie en relation d’aide peut vous offrir une compréhension approfondie des expériences douloureuses qui vous limitent. Ces expériences peuvent prendre différentes formes telles que des résistances, des mécanismes de défense, des blessures émotionnelles non résolues, des deuils inachevés ou des croyances limitantes.

Je suis intimement convaincue qu’un travail sur soi permet d’accéder à notre véritable essence et de réaliser notre plein potentiel unique. En faisant face à ces obstacles, en les explorant et en les guérissant, vous pouvez libérer votre être intérieur et vous ouvrir à de nouvelles possibilités.

La thérapie en relation d’aide offre un espace sûr et bienveillant pour explorer ces obstacles, identifier les schémas de pensée limitants et émotionnels qui vous retiennent, et développer des stratégies positives pour les surmonter. Cela vous permettra de développer une meilleure compréhension de vous-même, de renforcer votre résilience et de cultiver une estime de soi solide.

En travaillant sur ces obstacles, vous pouvez transformer les limitations en opportunités de croissance et de transformation personnelle. Vous serez en mesure de vous affranchir des schémas répétitifs qui vous limitent et de vous engager pleinement sur le chemin de votre mission de vie.

N’oubliez pas que ce voyage de guérison et de réalisation de soi est unique à chacun. En vous engageant dans ce travail sur vous-même, vous vous donnez la possibilité de vous épanouir pleinement et d’exprimer votre véritable essence dans le monde.

Si vous ressentez le désir d’approfondir votre cheminement personnel, j’ai une solution pour vous :

L’accompagnement De l’Ombre à la Lumière pour vous aider à mieux vivre une étape de vie difficile et à renaître avec plus de fluidité, de légèreté et de plaisir. Je sais également être à l’écoute de votre situation, de vos besoins et vous proposer un accompagnement personnalisé. Me contacter.

Prêt(e) pour la suite ? Explorez mes articles connexes pour approfondir vos connaissances :

Je vous souhaite une journée belle et paisible. Au plaisir de vous rencontrer bientôt !

Sandra


ombre

Le travail de l'ombre

Sandra Guillemin vous propose :

Qu’est-ce que l’ombre ?

L’ombre est un concept clé de la psychologie analytique de Carl Jung. Selon Jung, l’ombre est constituée de tous les aspects inconscients et refoulés de la personnalité, y compris les instincts, les émotions et les comportements que nous avons appris à considérer comme inacceptables ou indésirables.  C’est le côté mal aimé de soi. L’ombre est unique à chaque individu. Elle est composée des parts de nous que nous n’acceptons pas, des émotions non compatibles avec la norme sociale et notre personnalité idéale. C’est tout ce qui peut nous faire honte, nos complexes et nos croyances limitantes. Elle se manifeste par la projection sur les autres. Et l’autre nous renvoie les émotions et sentiments cachés .

Comment découvrir et intégrer son ombre ?

« Nous n’atteindrons jamais à notre totalité si nous n’endossons pas les obscurités qui sont en nous ? » Carl Gustav Jung

Selon Jung, l’ombre peut être intégrée dans la personnalité consciente grâce à un processus de confrontation et d’acceptation de ces aspects refoulés. Ce processus peut aider à réduire les conflits internes et à favoriser un plus grand sentiment d’intégrité personnelle. La découverte et l’intégration de l’ombre peut être un processus complexe et individuel qui nécessite un travail d’exploration de soi et de prise de conscience de nos comportements, émotions et pensées refoulés.

Ombre , travail de l'ombre

En quoi est-ce bénéfique ?

« Faire la paix avec son ombre et se lier d’amitié avec elle constitue la condition fondamentale d’une authentique estime de soi. Car comment pourrait-on s’aimer et avoir confiance en soi, si une partie de soi, son ombre est ignorée et milité contre ses propres intérêts ? » Jean Monbourquette.

L’intégration de l’ombre peut être bénéfique de plusieurs façons :

  • Une meilleure compréhension de soi : en identifiant et en intégrant nos aspects refoulés, nous pouvons acquérir une meilleure compréhension de nous-mêmes et de nos motivations profondes.
  • Une plus grande intégrité personnelle : en intégrant notre ombre, nous pouvons devenir plus authentiques et cohérents dans nos comportements, pensées et émotions.
  • Une amélioration des relations interpersonnelles : en reconnaissant et en acceptant nos propres aspects refoulés, nous pouvons également devenir plus tolérants et compréhensifs envers les autres.
  • Une réduction des conflits internes : les conflits internes entre nos aspects conscients et refoulés peuvent créer des tensions et de l’anxiété. En intégrant l’ombre, nous pouvons réduire ces conflits et atteindre un état de plus grande paix intérieure.
  • Une plus grande créativité : l’intégration de l’ombre peut libérer une énergie créative et imaginative qui peut être utilisée dans des domaines tels que l’art, la musique ou l’écriture.

En somme, l’intégration de l’ombre peut nous aider à devenir des individus plus complets, plus conscients de nous-mêmes et plus authentiques, ce qui peut se traduire par des relations interpersonnelles plus harmonieuses et une vie plus épanouissante.

Petit test-minute pour évaluer votre densité d’ombre !

Cet exercice issu du livre « Découvrir et accueillir sa part d’ombre » de Mireille Rosselet Capt.

« Voici 5 questions à se poser pour faire ressortir le degré d’ombre que nous portons actuellement, proposées par Véréna Kast. Plus vous répondez de « oui » et plus grande est la densité d’ombre actuellement activée par la situation :

  1. Est-ce que j’ai de la difficulté à admettre et à assumer certaines erreurs qui me sont pénibles ?
  2. Est-ce que je rassemble intérieurement des bonnes excuses pour le cas où une certaine situation se présenterait ?
  3. Y-a-t-il certaines propriétés et caractéristiques que je déteste chez autrui de manière définitive, conséquente, et que rien ne saurait influencer ?
  4. Y-a-t-il des gens qui me sont spontanément antipathiques alors qu’ils n’ont encore rien dit ni rien fait, mais éveillent d’office mon animosité et mon irratation – et pourquoi ?
  5. Ai-je une ombre favorite, que je cite de manière préférentielle à autrui ? Nous choisissons parfois, en effet, certains traits à mettre en avant pour que l’on évite de nous en découvrir d’autres : Je suis un peu timide, je suis un peu conscienscieux… » Cela peut même être bien vu lors d’un entretien d’embauche. Qui osera dire : « Je suis flemmard, cupide et de mauvaise foi ? » Cependant, nous pouvons tous faire l’expérience que, lorsque nous commençons à assumer plus facilement certains traits ombreux, ils en deviennent moins pénibles à vivre. »

Comment repérer sa part d’ombre ? 

Repérer votre ombre peut être un processus délicat, car elle se manifeste souvent de manière subtile et peut être difficile à identifier. Cependant, voici quelques signes courants qui peuvent indiquer la présence de votre ombre :

  • Réactions disproportionnées : vous réagissez de manière disproportionnée à des événements ou à des situations qui ne justifient pas une telle réaction. Cela peut être un signe que vous êtes en train de projeter des aspects de votre ombre sur la situation.
  • Critique excessive des autres : Vous êtes souvent critique envers les autres et vous avez du mal à voir leurs qualités. Cela peut être un signe que vous projetez des aspects de votre ombre sur eux.
  • Comportements compulsifs : vous avez des comportements compulsifs ou des addictions qui vous causent du tort, mais vous continuez à les faire malgré les conséquences négatives. Cela peut être un signe que vous essayez de refouler certains aspects de vous-même.
  • Sentiments persistants de honte ou de culpabilité : Vous éprouvez des sentiments de honte ou de culpabilité persistants qui semblent être enracinés dans des parties de vous-même que vous préférez ne pas voir ou que vous n’assumez pas.
  • Rêves récurrents : Vous avez des rêves récurrents dans lesquels vous êtes confronté à des aspects de vous-même que vous avez du mal à accepter.
  • Jalousie ou envie : Vous êtes souvent jaloux ou envieux des autres pour des raisons qui ne sont pas claires ou justifiées. Cela peut être un signe que vous enviez quelque chose que vous refusez de voir ou d’admettre en vous-même.
  • Sentiments de déconnexion : Vous vous sentez déconnecté de vous-même ou de la vie, ou vous avez l’impression que quelque chose manque dans votre vie.

En somme, repérer votre ombre peut être un processus de prise de conscience et de reconnaissance de vos comportements, pensées et émotions qui peuvent sembler irrationnels ou inexpliqués. L’auto-observation, l’écriture, la méditation et la thérapie peuvent tous être utiles pour vous aider à identifier votre ombre et à commencer à l’intégrer dans votre vie.

 

Ombre

 

Quels sont les outils et techniques pour travailler sa part d’ombre ? 

  • La méditation : la méditation peut vous aider à vous connecter à vos émotions refoulées et à apprendre à les accepter sans les juger.
  • L’auto-observation : c’est un exercice de distanciation qui vous permet de devenir plus conscient de vos émotions, de vos pensées et de vos comportements. Vous pouvez remarquer des schémas de comportement qui se répètent, des réactions émotionnelles spécifiques à certaines situations, ou des pensées récurrentes qui vous limitent ou vous empêchent d’aller de l’avant.
  • L’écriture : l’écriture peut vous aider à exprimer vos pensées et vos émotions refoulées de manière créative et à les explorer plus en profondeur.
  • L’art-thérapie : l’art-thérapie utilise des techniques artistiques pour explorer l’ombre et aider à l’intégrer dans la conscience.
  • Le travail sur les rêves : les rêves peuvent fournir des informations sur les aspects refoulés de la personnalité. En travaillant sur les rêves, vous pouvez apprendre à identifier et à intégrer votre ombre.
  • La thérapie : un thérapeute qualifié peut vous aider à identifier et à intégrer votre ombre de manière plus approfondie.

Pour ma part, j’aime vous accompagner en utilisant l’écriture spontanée que j’intègre à la méthode art-thérapie et explorations créatives, le travail sur les rêves, la réalisation et l’interprétation de dessins ou de mandalas parce qu’ils sont des portes d’accès directes à notre inconscient ! Je vous aide également à vous auto-observer grâce à la méthode de l’amphithéâtre psychologique.

Il est important de trouver les outils et techniques qui fonctionnent le mieux pour vous. Vous pouvez également utiliser une combinaison de plusieurs de ces méthodes pour obtenir les meilleurs résultats.

 

En somme, repérer votre ombre peut être un processus de prise de conscience et de reconnaissance de vos comportements, pensées et émotions qui peuvent sembler irrationnels ou inexpliqués. La méditation, l’auto-observation, l’écriture, l’art-thérapie, le travail sur les rêves, la thérapie peuvent tous être utiles pour vous aider à identifier votre ombre et à commencer à l’intégrer dans votre vie.

« Sur le plan personnel comme sur le plan collectif , le point de départ de la solution se situe au niveau de la prise de responsabilité individuelle. » Mireille Rosselet-Capt. Ce qui est important selon Verena Kast, c’est de « développer une sensibilité à l’ombre en lien avec notre ombre comme avec celle des autres. L’acceptation de l’ombre et la sensibilité à l’ombre amènent par elles-mêmes un accroissement de la connaissance de soi, de la tolérance envers nous mêmes et envers les autres, tout comme une diminution de l’hypocrisie. »

Et enfin, je vous invite à découvrir De L’Ombre à la Lumière, un accompagnement transformationnel pour traverser une étape de vie difficile et renaître avec plus de fluidité, de légèreté et de plaisir. Il mêle psychothérapie et développement personnel. Si vous souhaitez une séance découverte sans engagement, réservez votre séance ici .   Découvrez également « Eclosion féminine » , une séance de 2H pour initier votre parcours vers la transformation, avant de vous engager vers un accompagnement complet « De l’Ombre à la Lumière ». Me contacter.

Et pour vous aider à aller plus loin dans le travail de l’ombre, je vous suggère la lecture de ces articles :

Prenez soin de vous,

Sandra


Comprendre et traverser le deuil

Comprendre et traverser le deuil

Sandra Guillemin vous propose :

Qu’est-ce que le deuil ?

Le deuil est un processus émotionnel. Il ne se limite pas aux décès, il découle de toutes les pertes comme une rupture, une séparation, un changement de travail, un départ en retraite, le départ d’un enfant de la maison, la perte d’un emploi, un divorce, un renoncement, la perte de la santé, et bien d’autres encore. Cet article, est consacré au deuil suite à la perte d’un proche.

Bien que le deuil est un processus normal et naturel de la vie, son passage peut s’avérer difficile à traverser pour certaines personnes. La durée nécessaire pour traverser le deuil varie d’une personne à l’autre, et il n’existe pas de méthode universelle. Cependant, faire face au deuil, rechercher de l’aide et prendre soin de soi peuvent aider à surmonter la perte et permettre de continuer à vivre malgré la douleur. Les émotions intenses, telles que la tristesse, la colère, la confusion, la culpabilité et la solitude, peuvent accompagner le deuil. De plus, des manifestations physiques comme des changements d’appétit, de sommeil et de santé en général peuvent se manifester.

L’intensité du deuil varie en fonction de nombreux facteurs, et chaque expérience comporte des étapes similaires, bien que leur durée, intensité et douleur diffèrent. Ces étapes sont souvent marquées par des signes physiques et des souffrances psychologiques.

 

Le deuil est un processus naturel

Une expression est très souvent employée « Faire son deuil », mais ici, je préfère ne pas l’employer. Considérer le deuil comme un processus linéaire avec un avant, un pendant, et un après constitue une erreur. Il n’y a pas de conclusion définitive. Le manque persiste, même si la souffrance diminue avec le temps. L’expression « faire son deuil » suggère une obligation de résultat, comme si nous devions déployer des efforts pour atteindre une résolution.

Pour expliquer ce qu’est le deuil, Christophe Fauré, psychiatre spécialiste du deuil, auteur de « Vivre le deuil au jour le jour », le compare souvent à une brûlure. Lorsque l’on se brûle, la guérison nécessite du temps, le corps nous rappelle constamment la douleur, puis un mécanisme de cicatrisation se met en place. Nous ressentons la douleur, mais des actions peuvent accélérer la guérison.

Le deuil fonctionne de la même manière. La blessure psychique du cœur, liée à la perte d’un être cher, déclenche un processus de cicatrisation psychique universel et inconscient, indépendant de notre volonté.

Le deuil n’est pas une décision ; il se produit naturellement. Il ne dépend pas de la force de caractère. Nous pouvons toutefois contribuer à ce processus en créant des conditions propices au cheminement, telles que l’acquisition de connaissances, un espace de parole, et l’échange avec des pairs.

Lorsque l’on affirme que le deuil n’a pas de fin, cela signifie parfois qu’après 15 ou 20 ans, une douleur peut ressurgir à la vue d’une photo ou à l’approche d’une date anniversaire. Cela ne signifie pas que le processus de deuil n’est pas accompli. Le lien ne se nourrit pas de la souffrance (si j’arrête de souffrir, j’aimerai moins), mais plutôt en apaisant la souffrance pour préserver le lien d’amour. Cela crée un espace intérieur apaisé, propice à l’investissement dans de nouveaux projets de vie ou de nouvelles relations.

 

Les 4 grandes étapes du deuil 

On parle souvent des 5 étapes du deuil. On les doit à Dr Elisabeth Kubler Ross, médecin pionnière des soins palliatifs, qui a été la première à analyser les phases que vivent les personnes en fin de vie à l’approche de la mort. On les utilise beaucoup pour décrire les phases de deuil. Ces 5 étapes s’adressent plutôt aux personnes apprenant qu’elles ont une maladie grave ou à leurs proches. Pour cet article, je préfère me référer à celles de Dr Christophe Fauré, psychiatre, spécialiste du deuil.

Le deuil est un chemin universel. Ces étapes sont des repères qui peuvent vous aider à comprendre les émotions que vous traversez ou que l’un de vos proches vit. Le chemin du deuil est propre à chacun. Connaître le processus de deuil permet de savoir à quoi s’attendre et de mieux gérer ses émotions. Les étapes montrent que vous n’êtes pas coincé(e) dans un état émotionnel permanent mais que vous progressez à travers différentes phases vers une meilleure adaptation de la perte.

1ère étape : le choc et la sidération

Immédiatement suite au décès, une chape de béton entre soi et la réalité se forme. La réalité de la nouvelle est tellement violente que l’esprit refuse de l’accepter. Des mécanismes de protection psychique se mettent en place et « anesthésient » partiellement les émotions. La personne est dans la peine mais fonctionne en « automatique ». Sur le moment la mort du proche est tellement inconcevable que l’esprit ne peut pas et ne veut pas le concevoir.

2e étape : la phase de fuite et de recherche

Ces deux mouvements simultanés et complémentaires ont généralement lieu après les obsèques. C’est le moment où on réalise pleinement la perte et où on a l’impression d’avoir complètement perdu les repères. Les proches ont repris leur vie. Le mouvement de fuite permet d’échapper à la peine et se caractérise par une activité constante. Dans le même temps, on cherche sans cesse à retrouver celui ou celle qui est mort. C’est la souffrance de l’absence et le besoin de maintenir le lien avec la personne disparue (photos, vêtements, lettres, messages). On croît contrôler la douleur du deuil mais c’est une illusion.

3e étape : la phase de déstructuration

C’est l‘intégration de l’impossible retour de la personne aimée. Le vécu de l’absence avec un grand A. On est plus mal que les premiers mois. C’est la phase la plus difficile émotionnellement. L’impression de vide est violente car les liens qui la raccrochent à la personne décédée ne sont plus assez nombreux. C’est normal d’être triste. C’est une phase qui peut-être assez longue. La culpabilité est aussi présente car on se rend compte qu’il est trop tard pour rejouer le passé. Cette étape se caractérise par une perte d’appétit, des douleurs physiques, des troubles du sommeil, un épuisement chronique, des baisses de compétences intellectuelles. La douleur est si intense qu’on est tenté de se laisser aller au désespoir. C’est souvent le moment où l’on se met en quête d’une aide extérieure. Cette étape de profond désespoir est nécessaire pour conduire à l’apaisement. Cette étape peut durer 1 à 3 ans.

4e étape : la phase de restructuration

Cette étape s’impose lentement, sans qu’on s’en aperçoive et se chevauche généralement avec la précédente. On réalise que le manque restera toujours mais pas la douleur. On apprend à vivre avec la perte apprivoisée. C’est le temps d’une reconstruction lente et progressive, selon 3 axes : redéfinition de notre relation au monde, et à autrui, de notre relation à la personne disparue et de notre relation à nous-même. Il est impossible de délimiter cette phase dans le temps, elle varie en fonction de chacun(e).

A NOTER : Ces phases sont des repères mais le deuil est un cheminement propre à chacun. Chaque deuil est unique et particulier. Il dépend de notre relation à l’autre, mais aussi de notre histoire, des deuils vécus précédemment, du contexte (mort brutale ou maladie). Et rien n’est figé dans le temps. Le deuil est un chemin solitaire. On est fondamentalement seul(e) dans ce processus douloureux qui nous amène au cœur de nous même. Parfois, cela peut laisser penser qu’on est incompris par son entourage, même par ses plus proches. Cela peut provoquer de la colère, susciter le sentiment qu’on est seuls au monde. Il est important de prendre soin de soi pour adoucir ce que vous traversez.

Les étapes du deuil - Sandra Guillemin
Infographie réalisée par Sandra Guillemin

Pourquoi et comment ritualiser

Réaliser un rituel est une action essentielle dans le travail du deuil. En effet, vous allez poser des gestes qui vont vous faire comprendre et réaliser le passage du passé avec la personne disparue à l’avenir sans elle. Le rituel vous permettra de créer un lien intérieur avec cette personne. Cela est primordial dans votre reconstruction. Ce n’est que lorsque vous aurez assez de la personne disparue en vous, que vous pourrez réellement vivre sans elle, différemment. Les rituels aident en ce sens.

Les rituels permettent de poser les bases d’un équilibre de vie. « C’est un outil créatif et symbolique d’écologie intérieure, qui laisse une empreinte profondément positive dans le corps et l’âme de celui qui le pratique » (Elise Petit). Tout rituel se doit d’être personnel et avoir du sens pour vous.

4 clés essentielles pour un rituel puissant et transformateur :

  • L’intention précise (dire au-revoir, rendre hommage, pardonner etc…). L’énergie va là où l’on pose son attention.
  • Le lieu et le temps. Il est essentiel de choisir avec soin son espace et le temps qu’on y consacre.
  • Le geste symbolique. Le rituel est un ensemble d’actes et de gestes symboliques (planter une graine, rassembler des objets, des photos…) Ils permettent de donner du sens  la perte.
  • Simplicité et gratitude. Restez simple, pour être plus facilement connecté à votre être. Le rituel peut se terminer par une prière de gratitude.

 

comprendre et traverser le deuil

 

10 astuces bien-être pour adoucir votre deuil

  • Prenez le temps de pleurer. Autorisez-vous à pleurer et à ressentir votre douleur. Il est important de ne pas laisser les émotions refoulées.
  • Entourez-vous de personnes aimantes. Il est important de se sentir entouré.e pour vous soutenir pendant cette période difficile.
  • Prenez soin de votre santé physique : assurez-vous de manger sainement, de faire de l’exercice régulièrement et de dormir suffisamment.
  • Consultez un professionnel pour prendre soin de votre santé mentale. Vous serez accueilli.e comme vous êtes, écouté.e et compris.e.
  • Trouvez des moyens de vous distraire comme lire un livre, écoutez de la musique, pratiquer une activité créative…
  • Exprimez vos émotions. Cela peut-être en écrivant dans un journal ou en vous confiant à des proches pour aller mieux.
  • Soyez bienveillant.e avec vous-même : rappelez-vous que vous traversez un deuil et qu’il est normal de ressentir de fortes émotions.
  • Utilisez des fleurs de Bach pour apaiser vos émotions : j’ai utilisé Stars of Bethlehem lorsque j’ai vécu un deuil. Consultez un conseiller en fleurs de bach pour qu’il puisse vous dire quelle est la fleur qui vous convient le mieux en fonction des émotions que vous traversez.
  • Pratiquez un rituel pour honorer la personne disparue et mieux vivre votre deuil.
  • Rejoignez des rencontres bienveillantes gratuites dédiées à l’échange autour  du deuil et de la mort : Les Apéros de la mort. Des événements disponibles à Paris et dans diverses villes en France, en Guadeloupe et au Québec,  en présentiel ou en visioconférence. Je fais partie des ambassadrices des Apéros de la mort en partenariat avec Happy End l’Asso, et j’animerai le prochain en présentiel à Colombes avec Aymeric Astier lundi  01/07/2024 au restaurant l’Ethik à 19H. Vous trouverez les dates dans plusieurs villes de France sur le site d’Happy End.

En prenant soin de vous pendant cette période difficile, vous serez mieux préparé.e pour faire face à la douleur.

Sachez que j’accompagne les transitions de vie et cette traversée qu’est le deuil pour accueillir vos émotions intenses et vous apporter de la douceur et de la sécurité. Je saurai être à l’écoute de vos besoins et vous proposer un accompagnement personnalisé. Cliquez sur ce lien pour me contacter.

Si vous traversez un deuil périnatal, je vous invite à consulter mon accompagnement Cocon de douceur pour vous soutenir sur votre chemin de deuil périnatal.

Si vous souhaitez explorer davantage le sujet du deuil, je vous invite à consulter d’autres ressources :

Prenez soin de vous,

Sandra


pexels oleksandr pidvalnyi 2680937 scaled uai

J'ai vaincu mon amaxophobie !

Sandra Guillemin vous propose :

Qu’est-ce que l’amaxophobie ? 

L’amaxophobie est la peur de conduire ou d’avoir un accident de voiture. C’est un trouble anxieux qui peut aller jusqu’à l’incapacité de conduire. Cette situation peut-être très handicapante lorsqu’elle concerne des personnes qui conduisent ou qui ont l’intention de conduire ou qui ont besoin de prendre leur véhicule pour des raisons personnelles ou professionnelles.

En ce qui me concerne, la peur de conduire n’est pas venue tout de suite après avoir eu mon permis. Néanmoins, dès que j’ai commencé à conduire, je n’ai jamais été très à l’aise. C’est survenu après avoir vécu plusieurs expériences négatives en tant que passagère et l’élément déclencheur fut le jour où une personne a voulu me contraindre de prendre le volant. Et c’est à ce moment-là, que j’ai eu une « attaque de panique » et suite à cela, je n’ai pas pu prendre le volant pendant de longues années. J’en garde un très mauvais souvenir.

amaxophobie

Comment se manifeste l’amaxophobie ? 

Il y a des symptômes physiques comme des palpitations cardiaques, la nausée, des tensions musculaires, des tremblements, des vertiges… Et il existe aussi des symptômes psychologiques comme une anxiété très forte liée à la conduite, une peur irrationnelle de perdre le contrôle du véhicule ou d’avoir un accident de voiture. 

Pour ma part, j’ai ressenti des tremblements dans tout le corps que je ne pouvais absolument pas contrôler… Et ensuite, de manière totalement aléatoire, j’ai eu aussi plusieurs fois la nausée. Cela m’arrivait aussi en tant que passagère.

Quelles sont les causes de l’amaxophobie ? 

Une prédisposition à l’anxiété, ce qui était mon cas. Cela fait partie de ma personnalité.

Avoir vécu des expériences traumatisantes. J’ai vécu des accidents de voiture lorsque j’étais jeune enfant. Mon père s’est endormi au volant et la voiture a fait des tonneaux. Mes parents ont été ensuite hospitalisés tous les deux et moi je n’ai rien eu. Une autre fois, une guêpe est rentrée dans le véhicule et nous avons eu un accident suite à une perte du contrôle du véhicule. Je n’ai rien eu non plus. Mais mon corps, mes cellules, elles se souviennent… Et puis lorsque je suis devenue jeune adulte, j’ai été au contact d’hommes plutôt nerveux au volant ce qui a accentué grandement mon anxiété. Suite à mon vécu, la conduite était devenue « un danger pour ma vie ».

Quelles sont les conséquences de l’amaxophobie ?

La peur de conduire isole et peut nous limiter dans le choix des activités sociales. Cela peut générer du stress et de l’anxiété… Personnellement, c’est une situation que j’ai très mal vécue parce que mon entourage ne comprenait pas mon refus de conduire et la peur que je ressentais face à cette situation. J’ai ressentie beaucoup de culpabilité et je me suis sentie incomprise et jugée.

Commentje m’en suis sortie ? 

J’ai commencé par beaucoup me documenter sur la peur de conduire. C’est comme cela, que j’appris que cette peur se nommait l’amaxophobie ! Et puis j’ai cherché les solutions pour m’aider à sortir de cette situation.  Étant thérapeute, je savais qu’il existait des solutions. Il me fallait juste le temps de trouver celle qui me conviendrait le mieux est de ne pas écouter mon entourage. Pourquoi ? Parce que tout le monde m’a dit de reprendre des cours de conduite. J’étais partiellement d’accord sur ce point. Les moniteurs d’auto-école sont là pour nous apprendre à conduire une voiture mais pas à faire face à notre anxiété face à la conduite.

C’est pour cela que je me suis tournée vers C2Care qui prend en charge l’amaxophobie en réalité virtuelle. L’accompagnement consiste à suivre 2 RDV par mois  avec un.e psychologue avec une approche TCC (thérapie comportementale et cognitive) et à s’exposer 3 à 4 fois par semaine à la conduite en réalité virtuelle pour se familiariser avec différents environnements. Grâce aux séances avec la psychologue, j’ai appris à gérer mon anxiété dans ce type de situation. J’ai aussi appris à respecter mon rythme. Par exemple, au début, je ne pouvais pas m’exposer plus de 5mn sans avoir la nausée. Alors, j’arrêtais la conduite virtuelle et je faisais une séance de relaxation en réalité virtuelle ou en compagnie de ma psy lorsqu’elle était présente et parfois seule avec mes propres techniques comme le yoga ou aller respirer un grand bol d’air ! Ce qui a le mieux fonctionné pour m’aider à sortir d’une « crise d’anxiété » est l’exercice des 5 sens, un exercice de pleine conscience que je recommande pleinement !

amaxophobie

Après 4 mois et demi de pratique et de suivi, je ne ressens plus d’anxiété en situation virtuelle. J’ai donc décidé de reprendre des cours de conduite en situation réelle pour passer à l’étape supérieure ! J’ai choisi une monitrice indépendante à qui j’ai soigneusement expliqué ma situation pour m’assurer qu’elle soit bienveillante, sans jugement et sans objectif de performance 🙂 Et la première séance a été parfaite pour moi ! Je n’ai pas été stressée ni anxieuse, j’ai même dépassé un bus en centre-ville ! Au début de la séance, comme il fallait que je démarre par une manœuvre, je lui ai demandé de garder les pédales et moi le volant le temps de trouver un endroit où je pouvais faire quelques tours de pistes et évaluer les difficultés. Nous avons pu aller très rapidement en centre-ville où il y avait de la circulation et un passage pour les tramways. Nous avons roulé un peu moins d’une heure mais pour une reprise, c’était largement suffisant !

Je vais continuer les cours pour vivre les situations les plus courantes et revoir comment bien me garer pour conduire ensuite seule et en toute sérénité !

Mes 5 conseils 

  • Si vous êtes jeune conducteur et que vous ressentez de l’anxiété sans que vous soyez amaxophobe, relaxez-vous avant de conduire en pratiquant des respirations profondes, un exercice de pleine conscience, ou une méditation. Pensez à vous détendre également après la conduite.
  • Si vous pensez être amaxophobe, demandez de l’aide pour ne pas être isolée.e. Des solutions existent pour faire disparaître cette phobie !
  • Si vous vivez une étape de vie difficile actuellement et que vous ressentez beaucoup d’émotions, c’est préférable si c’est possible, de ne pas s’exposer à la conduite virtuelle ou réelle avant d’avoir traité ces émotions liées à cette situation. Sinon, vous aurez à gérer les émotions liées à votre situation du moment ainsi que celles liées à l’amaxophobie. Et c’est beaucoup ! Prenez soin de vous en respectant votre rythme et avancer en douceur autant que possible pour retrouver la sérénité plus facilement.
  • Si vous avez eu un choc émotionnel à gérer, c’est aussi important de prendre en charge le traumatisme dans votre suivi thérapeutique. Les méthodes EMDR (Eye Mouvement Desensibilisation and Reprocessing), RITMO (méthode équivalente EMDR et à laquelle je me suis formée) peuvent aussi vous aider.
  • Pratiquez la visualisation de vous entrain de conduire sereinement afin de vous aider à manifester cet état d’être. Avant de reprendre la conduite en temps réel, j’ai visualisé la situation que je voulais vivre pour cette reprise. Je voulais que ce soit une femme en qui j’avais confiance, dans un lieu choisi…. C’est ce qui m’a permis de me mettre en action pour provoquer cette situation. Et cela m’a vraiment permis de me sentir bien le jour J 🙂 Sachant que juste avant, j’ai pratiqué une séance de yoga, pris des fleurs de Bach (Rescue)… J’ai mis toutes les chances de mon côté pour que ça se passe bien.

Voilà, j’espère que cet article pourra être utile à d’autres personnes comme moi. Je vous invite également à écouter mon témoignage au format vidéo : ici.

Sachez que l’accompagnement des émotions est au cœur de mes accompagnements, si vous avez besoin d’être aidé.e sur le plan émotionnel, vous pouvez me solliciter pour des séances de psychothérapie, je serai ravie de vous aider.   Pour prendre rdv, c’est ici 🙂

Pour en savoir plus sur mon approche, découvrez cet article : La relation d’aide : une approche centrée sur la personne pour surmonter les difficultés

Si vous souhaitez découvrir mes autres prestations, c’est ici ! N’hésitez pas à me contacter pour échanger gratuitement par téléphone sur votre problématique actuelle et les solutions qui pourraient vous aider. Je prends RDV.

A bientôt,

Sandra